DSI N°786

 Diffusion Sélective de l'Information

Du 20 au 26 mai 2019

         Veille Technologique:

•  Inauguration de l’économie bleue en Tunisie

«... L’économie bleue est un concept émergent qui encourage une meilleure gestion des ressources océaniques ou « bleues », soulignant en particulier les liens étroits entre l’océan, le changement climatique et le bien-être de la population. C’est un concept qui valorise ce qui est disponible localement et considère les déchets comme dotés de valeur. La couleur bleue renvoie à celle du ciel et des océans pour s’opposer à l’économie verte.

Les entreprises basées dans les pays côtiers africains se mobilisent pour reconnaître et comprendre pleinement les avantages du soutien d’une économie bleue, qui couvre un large éventail de secteurs productifs essentiels au développement durable du continent, notamment la pêche, l’aquaculture, les transports, l’énergie, le commerce, le tourisme ainsi que les industries extractives.

« Les recherches indiquent que l’économie bleue pourrait être une source majeure de richesse et de prospérité pour le continent et contribuer à faire progresser l’Agenda 2063 de l’Union africaine et l’Agenda 2030 des Nations unies pour le développement durable »

L’ABEF 2019 s’appuie sur l’inauguration de l’économie bleue à Londres l’année dernière. Le forum de cette année a pour objectif d’aller plus loin et d’explorer comment les entreprises et les gouvernements peuvent mettre en œuvre des actions en vue de renforcer de manière proactive le bien-être économique, social et environnemental du continent. L’importance d’une stratégie cohérente qui protégera et utilisera les eaux côtières africaines ne saurait être surestimée, car 70 % des nations africaines sont côtières, 90 % des importations et des exportations du continent se font par voie maritime, le secteur maritime africain est estimé à 1000 milliards de dollars par an, la valeur des actifs des écosystèmes de l’économie de la mer est évaluée à 24 000 milliards de dollars, enfin, la pollution par les plastiques coûte 13 milliards de dollars par an en raison des dommages causés aux écosystèmes marins.

Les entreprises africaines seront mises au défi de prendre conscience du pouvoir économique, social et environnemental de l’économie bleue, dans le cadre du Forum sur l’économie bleue africaine (ABEF), qui se tiendra à Tunis les 25 et 26 juin. Parmi les personnalités qui y seront présentes figurent des ministres et des responsables gouvernementaux du Gabon, du Ghana, du Maroc, du Somaliland, de la Tunisie et des Seychelles. L’événement visera à faire prendre conscience des avantages économiques, sociaux et environnementaux de l’économie bleue.

ABEF 2019 mettra ainsi l’accent sur la collaboration entre les entreprises et les gouvernements et mettra en lumière les opportunités d’investissement dans ce secteur d’avenir. Les discussions porteront sur les opportunités et les innovations dans les secteurs émergents de l’économie bleue et sur la manière dont elles peuvent contribuer à accélérer la transformation de l’Afrique, à créer des emplois, à préserver les moyens de subsistance et les communautés, et à proposer des mesures de lutte contre le changement climatique peu coûteuses mais efficaces.

Leila Ben Hassen, organisatrice et fondatrice d’ABEF 2019, a déclaré qu’il faut « sensibiliser davantage à l’économie bleue et prendre conscience de son importance pour l’avenir de l’Afrique ». Les gouvernements commencent à « comprendre cela à mettre en œuvre des politiques » qui vont dans ce sens, mais « ils ont encore besoin du secteur privé pour explorer les moyens de mettre en œuvre des partenariats avec d’autres organisations pour que cela réussisse ». En effet, « la collaboration est nécessaire » pour que la mise en place de telles politiques innovantes fonctionnent, celles-ci pouvant « apporter d’énormes avantages au continent, lui permettant de répondre aux objectifs de développement durable des Nations unies ». Et « ABEF 2019 commencera à poser les bases de ce processus de collaboration », a-t-elle affirmé ...»- Cliquez ici»

• Une nouvelle membrane optimise la filtration des eaux usées 

«... Singapour, une nouvelle usine pilote de traitement des eaux usées industrielles est en construction. Elle pourrait potentiellement réduire la quantité de déchets liquides de plus de 90%. En outre, la nouvelle usine, qui sera située dans une société de semi-conducteurs, pourra également récupérer les métaux précieux de l’eau traitée, qui pourront ensuite être vendus et réutilisés.

L’usine est construite conjointement par le centre de recherche appliquée et de traduction (START) de séparation, une installation de niveau national pour développer et commercialiser des technologies innovantes de séparation et de filtration, et par Memsift Innovations Pte Ltd, une entreprise locale de technologie de l’eau.
L’usine pilote utilise un nouveau système de traitement de l’eau qui exploite un nouveau type de membrane à fibres creuses inventée par le professeur Neal Chung de l’Université nationale de Singapour, qui a été développée et mise à l’échelle pour une application industrielle par le centre START.
Contrairement à la membrane à fibres creuses typique, avec un noyau creux comme une paille, la nouvelle membrane à fibres creuses tri-alésage inventée par le professeur Chung comporte trois noyaux creux, permettant un débit d’eau environ 30% plus élevé.
Dans le cadre d’un nouveau partenariat de recherche et d’un nouvel accord de licence, START Center et Memsift Innovations construiront conjointement l’usine de traitement des eaux usées avec les nouvelles membranes à fibres creuses, qui peuvent traiter jusqu’à 5 000 litres par jour pour une entreprise de semi-conducteurs.
Cette usine pilote devrait permettre à l’entreprise d’économiser jusqu’à 1,6 million de litres d’eau par an (2/3 d’une piscine olympique), ce qui permettra d’économiser 250 000 dollars en coûts d’élimination. Elle filtrera plus de 90% des eaux usées en une eau propre et concentrera les déchets métalliques en un liquide, qui pourra ensuite être vendu à d’autres entreprises.
Les autres avantages offerts par Memsift Innovations incluent une récupération d’eau très élevée avec une consommation d’énergie minimale, un faible encombrement des stations de traitement et une mise de fonds minimale pour leurs clients. Cette nouvelle usine pilote de START Center et de Memsift Innovations devrait être mise en service au deuxième trimestre de 2019. Ils utiliseront les résultats de l’essai pour la commercialisation de cette technologie innovante ...»-  Cliquez ici »

• Deux nouvelles technologies durables de Devan Chemicals
«...  Deux nouvelles technologies de Devan Chemicals ont été lancées lors du salon Techtextil à Francfort, (du 14 au 17 mai 2019) : Bio-flam, un produit ignifuge biosourcé, et Odor Breakdown, une solution de contrôle des odeurs lavable et durable, non biocide.

Les traitements FR d’origine biologique, tels que Bio-flam, sont fabriqués à partir de sources végétales renouvelables et permettent aux produits traités d’être biodégradables. Les composants actifs sont 100% exempts d’halogène et de métaux lourds. Une innovation bienvenue pour l’industrie de la literie, car la Commission européenne exige que les matelas soient recyclables d’ici 2030 afin de réduire les sites d’enfouissement.
Bio-flam P307 est biodégradable et est conçu pour être utilisé sur des mélanges 100% coton ou coton / viscose, afin de créer un concept écologique, sans danger pour l’homme et la planète. Odour Breakdown est une solution de contrôle des odeurs durable, lavable et non biocide, qui permet de laver moins et à basse température sans compromettre le confort et l’hygiène. De plus, Odor Breakdown a différents niveaux d’application pour répondre au besoin spécifique du produit à adapter. La durée de lavage souhaitée déterminera le niveau d’application ...»-  Cliquez ici »

 

Lire les actualités de la newsletter de Veille Technologique «DSI» au format Pdf. Cliquez ici »

Réalisé par: Lobna ZOUAOUI, Data Engineer, chargée de veille technologique veille@citet.nat.tn

Vérifié par: Noura KHIARI, Chef du Service Documentation, Information, Edition et Marketing- cdi1@citet.nat

Validé par: Faouzi HAMOUDA, Directeur de la Documentation et de l'Information- cdi@citet.nat.tn


Abonnez-vous !

Abonnez-vous à la newsletter « DSI »