Alertes N°302

Alertes Environnementales

Le 27 avril 2019

• En fondant, les glaciers menacent aussi de libérer des résidus radioactifs /Par Concepcion Alvarez avec AFP
Extraits : «... La fonte des glaciers en cours à cause du réchauffement climatique risque d’avoir d’autres conséquences que la montée du niveau de l’océan. Des chercheurs ont découvert des résidus nucléaires issus d’accidents ou d’essais militaires dans les glaciers à travers le monde. En fondant, les résidus radioactifs se déversent dans les rivières et peuvent s’insérer dans la chaîne alimentaire humaine.

Le réchauffement climatique en cours est en train de provoquer la fonte des glaciers. Outre une montée du niveau des mers inéluctable, une équipe de chercheurs internationale révèle une autre conséquence potentiellement dangereuse de cette fonte : la fuite de résidus nucléaires dans les rivières et potentiellement dans la chaîne alimentaire humaine.
Les scientifiques ont découvert des résidus radioactifs sur les 17 sites étudiés - Arctique, Islande, Alpes, Caucase, Antarctique Canada - souvent à des concentrations au moins 10 fois supérieures aux niveaux relevés ailleurs. "Ce sont les niveaux les plus élevés mesurés dans l'environnement en dehors des zones d'exclusion nucléaires", a expliqué Caroline Clason, de l'université de Plymouth.
Tchernobyl et essais militaires
Ces résidus sont liés à des accidents nucléaires comme celui de Tchernobyl en 1986 ou à des essais militaires autour de la bombe nucléaire, particulièrement nombreux dans les années 60. Quelques résidus de l’accident de Fukushima, en 2011, ont également été découverts. Quand des éléments radioactifs sont relâchés dans l'atmosphère, ils retombent sur terre par des pluies acides, et peuvent être absorbés par les plantes et le sol. C'est un événement ponctuel. Mais quand ils tombent sous forme de neige et s'installent sur la glace, ils forment des sédiments plus lourds, qui s'accumulent dans les glaciers.
En fondant, ils se déversent dans les rivières et risquent de contaminer la chaîne alimentaire. Parmi les résidus les plus dangereux, on trouve l’américium, issu de la dégradation du plutonium. "Il est plus soluble dans l'environnement et émet plus de radiations alpha", souligne Caroline Clason. "Cela prouve que notre héritage nucléaire ne disparaît pas, il est toujours là." ...»- In: Novethic, le 27avril 2019. Cliquez ici

• L’effondrement d'un des plus grands glaciers de l'antarctique augmenterait le niveau des mers de plus de deux mètres /Par Marina Fabre.
Extraits : «...
 La situation est bien pire que prévue. La NASA vient de découvrir un trou géant dans un des plus grands glaciers de l'Antarctique nommé Thwaites. Si celui-ci venait à s'effondrer, il augmenterait de 65 centimètres le niveau des océans. Pire, il aurait un effet domino sur tous les glaciers de la zone avec pour conséquence une élévation de 2,4 mètres du niveau des océans.

Thwaites est un des plus gros glaciers de l’antarctique Ouest et il est en train de se séparer de ce continent glacé. Depuis trois ans, il a perdu 14 milliards de tonnes de glace.
Fin janvier, dans le cadre de l’opération IceBridge, la Nasa a en effet découvert une énorme cavité qui ronge actuellement le glacier et ne cesse de s’agrandir. Elle est longue de 10 kilomètres sur quatre de large et mesure 350 mètres de hauteur. Elle est due à l’eau, de plus en plus chaude, qui s’infiltre dans le glacier.
Un effet domino
"La taille d’une cavité sous un glacier joue un rôle important dans la fonte", a déclaré l’auteur principal de Pietro Milillo du Jet Propulsion Laboratory de la NASA. "Au fur et à mesure que la chaleur et l’eau pénètrent sous le glacier, il fond plus rapidement".
Aujourd’hui, le glacier Thwaites est responsable d’environ 4 % de l’élévation du niveau des mers dans le monde. Selon la NASA, il contient suffisamment de glace pour provoquer une hausse de 65 centimètres des océans. Mais ce n’est pas le pire. En s’effondrant, Thwaites pourrait créer un effet domino et détruire toute la glace de cette zone entraînant une augmentation de 2,4 mètres du niveau de l’eau.
Les chercheurs ont sous-estimé la rapidité à laquelle la glace disparaît
"Ce phénomène est un impact direct du réchauffement climatique sur le glacier", analyse pour le New York Times Éric Rignot, co-auteur de l’étude et professeur à l’Université de Californie. "Le comportement de Thwaites surprend les scientifiques de la NASA. Cela suggère que les chercheurs sous-estiment probablement la rapidité avec laquelle la glace disparaît".
Selon le chercheur, depuis 1973, la glace dans l’Antarctique ouest a perdu 77 % de leur volume. Et pour cause, une étude publiée dans la revue PNAS fin janvier a montré que la fonte des glaces dans l’Antarctique était six fois plus rapide aujourd’hui qu’il y a quarante ans. Or, selon les scientifiques, quels que soient les efforts réalisés, la fonte est inéluctable, on ne peut que la ralentir ...»- In: Novethic, le 21 février 2019. Cliquez ici

• Catastrophe invisible: deux tiers des glaciers de l'Himalaya sont menacés par le réchauffement /Par Ludovic Dupin avec AFP.
Extraits: «...  Les deux tiers des glaciers de l'Himalaya et de l'Hindou Kouch pourraient fondre d'ici à la fin du siècle si la planète restait sur la même trajectoire d'émissions de gaz à effet de serre, risquant de déstabiliser les grands fleuves d'Asie, selon une étude népalaise. Des dizaines de milliards de dollars seraient nécessaires pour faire face à cette catastrophe annoncée.

S'étendant sur 3 500 kilomètres de l'Afghanistan à la Birmanie, la région montagneuse de l'Hindou-Kouch-Himalaya (HKH) est qualifiée de "troisième pôle" par les scientifiques pour ses gigantesques réserves de glace. Celles-ci alimentent dix cours d'eau majeurs d'Asie, du Gange au Mékong en passant par le fleuve Jaune, le long desquels sont structurés des bassins de populations.
Une fonte qui ne sera pas sans conséquences pour les 250 millions d'habitants de ces montagnes et les 1,65 milliard d'autres qui vivent dans les bassins fluviaux en aval. "Le réchauffement climatique est en passe de transformer les pics montagneux couverts de glaciers de l'HKH à travers huit pays en roches nues en moins d'un siècle. Les conséquences pour les peuples de la région, déjà l'une des régions de montagnes les plus fragiles et à risques du monde, iront d'une aggravation de la pollution de l'air à une augmentation des événements climatiques extrêmes", a mis en garde Philippus Wester.
Menace agricole
En influant sur les volumes et les périodes de la fonte glaciaire, le réchauffement climatique menace la production agricole dépendante de cette eau et fait peser un risque d'insécurité alimentaire, aussi bien dans les montagnes qu'en contrebas ...»- In:Novethic, le 9 février 2019. Cliquez ici

Réalisé par: Lobna ZOUAOUI, Data Engineer, chargée de veille  - veille@citet.nat.tn

Vérifié par: Noua KHIARI, Chef Service Documentation, Information, Edition et Marketing - cdi1@citet.nat.tn

Validé par: Faouzi HAMOUDA, Directeur de la Documentation et de l'Information - cdi@citet.nat.tn

Tél.:  00216-71.206.647 / 71.206.482 – Adresse: Boulevard  du Leader Yasser Arafat - 1080 - Tunis

Autres numéros

Afficher tous les numéros

Abonnez-vous !

Abonnez-vous à la newsletter « Alertes »